On dirait que je ne suis pas le seul à le penser. À l'époque (ça commence à remonter à loin), j'avais misé sur du tout ATI, puisqu'ils semblaient démontrer une volonté d'ouverture vers la communauté Linux. Je ne sais plus s'il s'agissait d'ouverture des specs ou de signatures de NDA (non-disclosure agreements), mais ça traduisait une bonne volonté. Chance, je n'ai pas vraiment changé de carte vidéo entre-temps, donc les drivers sous Linux qui ont eu le temps d'être développés fonctionnent bien (enfin, modulo bugs connus). Et l'approche tout-propriétaire me rebutait.
De nos jours, il semblerait que la bonne volonté ressemble plus à un effet d'annonce un peu embelli, mais sans plus. Leurs drivers ne semblent pas suivre correctement la ligne de développement de XOrg et souffrirait de nombreux défauts (et nécessiter .NET pour installer des drivers, sérieusement, sous Windows...). Alors qu'nvidia n'a rien changé à sa ligne de conduite, sinon des mises à jour plus fréquentes au niveau des drivers Linux, et tout semble bien fonctionner. Je rejoins l'avis du lien donné plus haut : je ne peux raisonnablement que conseiller une carte nvidia si on veut profiter des deux mondes Windows et Linux. Et ceux que j'ai pu aider avec leurs cartes ATI sous Linux savent que je parle en connaissance de cause.
J'espère simplement qu'ATI va se ressaisir, et montrer qu'ils ont des drivers à l'avenant des capacités de leurs cartes graphiques. Mais en attendant, ce n'est pas l'espoir qui fait fonctionner l'accélération 3D.