Quand j'étais petit, je croyais que les rabaissements de trottoir qui facilitent la montée d'un véhicule étaient causés par les passages répétés au cours du temps dudit véhicule. À l'époque ça faisait sens, puisque je justifiais ça de plusieurs manières :
- Ça doit se passer sur plusieurs années, donc moi à mon jeune âge, je ne pouvais pas me souvenir que c'était plus «haut» quelques décennies plus tôt
- Le rabaissement s'arrête à un moment parce que le trottoir est tassé
- Le goudron en été est un peu liquide, donc quand il fait plus froid il doit sûrement être certes beaucoup plus visqueux, mais toujours fluide
- Le ou les véhicules passent tout le temps au même endroit pour monter, ça doit jouer aussi
- etc
J'ai évidemment appris plus tard que c'était conçu comme ça (ce qui est autrement plus efficace pour permettre à un véhicule de monter sur le trottoir). Mais ma ligne de réflexion de l'époque est cependant toujours pertinente pour d'autres choses, comme l'expérience décrite sur cette page. Cette expérience dure depuis plus de 72 ans, et illustre la viscosité d'un matériau que l'on pourrait croire solide. Il me semble aussi avoir lu que le verre peut être considéré comme un fluide extrêmement visqueux, encore plus que la poix sur la page que je référence plus haut.
Comme quoi à l'époque, j'étais peut-être un peu naïf, mais je n'avais pas un si mauvais raisonnement que ça.