J'ai entendu il y a peu à la télévision la question suivante, dans une publicité pour un crédit : «Vous pensez qu'une réserve d'argent c'est cher ?»... No shit, Captain Obvious. Et bien non, la publicité en question s'ingéniait, à coups de taux de remboursement très petits écrits en grands, à faire comprendre au gugusse au temps de cerveau disponible qu'un crédit, c'est facile et pas cher. Il doit y avoir comme une forme de déclin dans cette société pourque le langage et la logique soient à ce point manipulés par les publicitaires et les médias.
Dans le même genre, combien de publicités parlent de trucs «exclusifs» ? Ah ben si c'est exclusif, pourquoi en faire la publicité ? Si c'est un truc exclusif mais que tout le monde peut obtenir, l'adjectif ne serait-il pas un peu galvaudé, rien qu'un peu, hmmm ?
Et le phénomène des kikooolol : il n'est pas particulier à la France. Combien d'anglophones ne savent plus écrire «I should have» (ils écrivent «I should of»), «you're dumb» («your dumb») ou «you lose»(«you loose»). Mon niveau en anglais ne s'est pas si amélioré que désormais je remarque ces erreurs. C'est leur niveau à eux qui a sérieusement diminué. D'un autre côté, avec un président qui dit «Nukular», aussi...
Il va y avoir un sacré fossé des générations dans quelques dizaines d'années, avec un tel écart sémantique et lexical...