On parle souvent des fantômes comme d'esprits qui n'auraient pas trouvé le repos et qui resteraient sur terre en errant jusqu'à la fin des temps. Le chorum suit un peu la même idée.
Certaines personnes mènent leur vie de manière à étouffer ou restreindre un sentiment, une émotion. Cette restriction ne peut se faire éternellement, et à un moment donné, le plus souvent à l'article de la mort, ces personnes relâchent le trop-plein qu'elles avaient gardé en elles, et quittent ce monde. Ainsi, le chorum n'est pas un fantôme, mais plutôt la trace négative d'une existence. Il comporte les caractéristiques cognitives de la personne à qui il appartenait, mais montre un comportement entièrement dirigé par le sentiment que son propriétaire étouffait.

Les chorums étant une manifestation matérielle, il est possible de les enfermer, traditionnellement dans une boîte en métal. Ces boîtes sont aussi appelées chorums par extension. Seuls certaines personnes semblent capables de capturer et enfermer les chorums, seulement cette capacité est encore mal comprise.

Il est possible d'ouvrir cette boîte pour observer un chorum. On remarquera que le sentiment moteur du chorum impose sa couleur, violet pour la fureur, par exemple (ce sont les plus communs). L'observation sans danger d'un chorum requiert de l'observateur une absence totale, ou tout du moins une présence indétectable par le chorum, du sentiment moteur du chorum ou de son sentiment antagoniste. Par exemple, un homme colérique ou au contraire très calme ne pourra pas observer un chorum sans mettre sa vie en danger.

En cas de possession par un chorum, il n'y a pas grand-chose à faire. Il s'agit ni plus ni moins que de combattre et refouler un sentiment, un peu comme le faisait le mort qui a donné naissance au chorum. Là où c'est dangereux est que le chorum constitue une accumulation d'un sentiment, qui ne s'est pas érodée. Il arrive très souvent que les victimes d'un chorum subissent une sorte de stress psychologique et soient traumatisées à vie. Des recherches récentes semblent montrer que ces victimes subissent un stress hormonal qui peut détruire complètement certaines parties de leur centre des émotions.

J'ai indiqué plus tôt que les chorums disposaient des capacités cognitives de leurs géniteurs : il va sans dire qu'un chorum intelligent et motivé par de noirs desseins est une créature redoutable.

Un chorum est assez facile à reconnaître : il ressemble à une manifestation éthérée et colorée (en fonction de son sentiment), peut voler, a une tête et des bras, les jambes étant remplacées par une sorte de traînée de fumée. Sa tête est le plus souvent un schéma d'un visage humain, il ne ressemble à son géniteur que dans de très rares cas. Son visage exprime clairement l'émotion qu'il représente, et ses orbites sont sombres voire noires avec au fond une étincelle très brillante, de la même couleur que lui.

L'aspect d'un chorum le fait d'ailleurs souvent confondre avec un fantôme commun. Si vous en rencontrez un, il n'y a pas 36 choses à faire : espérer qu'il ne vous a pas perçu, et si c'est le cas, essayer de faire le vide de ses émotions. Je sais, plus facile à dire qu'à faire.

...

Sérieusement, il faut que j'arrête de manger des trucs pas nets avant d'aller dormir, moi.