C'est un adverbe que je dis parfois, en faisant attention à l'utiliser dans le bon contexte. Pour Asimov, si mes souvenirs sont bons, l'intuition est la capacité à formuler une déduction correcte sous des hypothèses incomplètes voire partiellement fausses. J'aime cette définition, puisqu'à ce jour c'est celle qui me semble la plus adéquate.
Plus concrètement, l'intuition est tout ce qui est caché derrière la conscience, ce sont les pensées qui filent, non vocalisables mais que l'on sent être à l'origine de nos réflexions. Vous avez sûrement déjà senti votre intuition à l'oeuvre. C'est le déclic que l'on a lorsqu'on a compris quelque chose de difficile, bien avant de l'avoir organisé et formulé. C'est le besoin de parler bien avant que l'on élabore la structure de la phrase qui permettra de formuler l'idée. Attention cependant, on peut parfois la confondre avec la fausse impression d'avoir compris. Si vous êtes du genre à réfléchir beaucoup, il y a cependant de grandes chances que vous soyez capables de faire la différence entre les deux.
Pourquoi je parle d'intuition ? C'est parce que, comme il est difficile pour moi de former des arguments clairs et compréhensibles, je l'utilise assez souvent pour certaines de mes décisions.
Ça fait toujours plaisir, en attendant, de voir son intuition corroborée par des faits. Je devrais peut-être lire le canard enchaîné plus souvent, au moins avant qu'il devienne censuré par les pouvoirs en place...